Acné et maladie du follicule pilo sébacé

Les follicules pilo-sébacés sont touchés par la maladie chronique qu’est l’acné.

Le follicule pilo-sébacé est l’ensemble que constitue le poil et la glande sébacée, ainsi, chaque poil s’associe à une glande qui va donc sécréter du sébum, une substance dont le rôle vise à protéger la peau. Lorsque ce follicule est touché par le phénomène de l’acné, cela signifie que le canal qui permet l’écoulement du sébum est bouché par du sébum surproduit ou visqueux.

poils

La plupart du temps cette maladie touche le visage, mais elle peut toucher aussi, le dos, le thorax, les avant-bras, l’arrière du cou, ainsi cette maladie acnéique comprend différents degrés qui expliquent la rétention de sébum, l’infection ou l’inflammation du follicule pilo-sébacé. Ces différents types d’acné dépendant de la nature de la peau et du taux d’hormones produit, les bactéries sont responsables des inflammations et infections, ces bactéries responsables sont appelées propionibacterium acnes. L’accumulation de sébum est appelée séborrhée c’est la première manifestation de la maladie de peau acné. Un excès de sébum entraîne les comédons soit les points noirs.

On connaît trois formes de follicules pilo-sébacés :

  • Le follicule terminal avec petite glande sébacée, c’est celui qui contient un cheveu, un sourcil, un cil, un poil de barbe ;
  • Le follicule du duvet avec une glande sébacée volumineuse qui contient un duvet ;
  • Le follicule pileux sébacé au large canal présent sur le visage, thorax et dos et c’est celui qui joue un rôle dans la maladie de peau de l’acné.

Lorsque le pore de la peau est bouché un microcomédon se forme pour donner lieu ensuite à un point noir dit comédon ouvert ou en microkyste pour un comédon fermé. Les bactéries ont également un rôle très important ce sont elles qui provoquent les infections et inflammations, les surinfections des comédons et des kystes.

La testostérone a aussi un rôle dans la surproduction de sébum ce qui engendre ainsi les problèmes de peau.

A titre d’information en ce qui concerne la folliculite, cette maladie concerne une inflammation des follicules pilo-sébacés, chez un homme et au niveau de la barbe on l’appelle aussi sycosis et en forme plus grave sycosis staphylococcique. Son origine est surtout bactérienne. Le follicule est l’endroit ou naît et grandit le poil, lorsqu’il y a inflammation on parle alors de folliculite.

L’acné touche les follicules pilo-sébacés et la glande qui sécrète le sébum. Cette maladie touche les adolescents au moment de la puberté, les femmes au moment du cycle menstruel, lors d’une grossesse, par la prise d’une pilule contraceptive, tout ce qui peut bouleverser l’équilibre hormonal, car l’acné est la plupart du temps liée aussi à ces déséquilibres ou dysfonctionnements hormonaux.

L’acné peut affecter plusieurs du corps, c’est une maladie fréquente et courante pour laquelle il convient de consulter le plus rapidement possible un médecin dermatologue.

cire-naturelle-visage

L’hirsutisme thème lié aux aménorrhées

La présence de poils chez la femme dans des zones réservées habituellement aux hommes caractérise ainsi l’hirsutisme qui est un thème lié à l’aménorrhée.

Ce phénomène constitue une manifestation anormale des hormones androgéniques autant dire une surproduction que l’on dénomme hyperandrogénie.
Le contexte ethnique, d’un point de vue clinique est pris en compte. Les femmes méditerranéennes sont plus susceptibles à l’hirsutisme que les femmes asiatiques par exemple. Cependant selon les degrés variables d’une hyperandrogénie peuvent donc apparaître les symptômes de l’acné, de séborrhée, troubles des règles, alopécie frontale, hypertrophie musculaire, modification de la voix ou clitoromégalie.

Socialement parlant, cette pilosité excessive invalide énormément la femme concernée, par ailleurs ce symptôme peut être révélateur d’autres affections comme le syndrome des ovaires polykystique, une tumeur ovarienne ou surrénalienne, une hyperplasie congénitale des surrénales…Le traitement comprend bien souvent une phase topique et antiandrogénique.

On estime que l’hirsutisme touche environ entre 5 à 10% des femmes, si ces femmes sont très poilues il est toutefois assez rare de rencontrer des femmes à barbe, mais cela existe !
L’hisurtisme est une pilosité encore taboue avec des conséquences psychologiques graves chez les femmes qui en souffrent, si les moyens existent pour se débarrasser des poils, on sait déjà les contraintes pour les poils habituels, alors on peut imaginer les contraintes des femmes qui doivent en plus penser à s’épiler la barbe et les poils du dos !

Physiologie des androgènes chez la femme

Les androgènes chez les hommes sont à l’origine des caractères sexuels secondaires tels que poils, voix et à la fabrication des spermatozoïdes soit maintien de la spermatogenèse. Ces androgènes interviennent ainsi dans la libido et ils influencent aussi le comportement émotionnel.

Chez la femme, c’est l’ovaire qui fabrique les androgènes sous la forme de 4-androsténediones et de testostérone, les glandes surrénales fabrique aussi les androgènes mais plus particulièrement la déhydroépiandrostérone. Les androgènes permettent le développement et la maintien de la pilosité au niveau des creux axiliaires et pubis.

La testostérone et le dihydrotestostérone sont les deux hormones à activité androgénique.

Normalement, chez la femme, les glandes surrénales et les ovaires ne sécrètent que très peu de testostérone et elles ne sécrètent pas de DHT, par contre il peut se produire une synthétisation d’un précurseur hormonal.

Les tissus cibles des androgènes soit la peau ou les muscles peuvent donc utiliser cette hormone testostérone, on parle alors de concepts physiologiques qui sont responsables des hirsutismes.

Lors d’une consultation médicale une femme hirsute est interrogée sur divers points.

La prise de médicaments qui peuvent être concernés, l’ancienneté des différents symptômes d’hirsutisme, les antécédents héréditaires, les autres manifestations comme acné ou hypertrophie musculaire ou clitoridienne, troubles des cycles menstruels, anénorrhée, signes cliniques d’hypercorticisme…

Pour déterminer l’intensité de l’hirsutisme, le médecin procède ainsi à un examen clinique approfondi c’est aussi ce qui déterminera les traitements ultérieurs.

Pour plus d’information, vous pouvez également lire : http://www.biendansmoncorps.fr/problemes-de-pilosite/

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire