Pompe de relevage d’eaux usées : comment choisir ?

Faites-vous partie des personnes qui doivent installer une pompe de relevage pour évacuer vos eaux usées ? Si oui, sachez que choisir cet appareil au hasard est une chose à totalement éviter. En effet, si la pompe est mal choisie, vous vous retrouverez inondé par vos eaux usées. Ainsi, il est crucial de prendre en compte les 4 critères suivants pour bien choisir votre pompe relevage d’eaux usées.

Sa granulométrie : le critère primordial

Qu’est-ce que la granulométrie ? C’est une des caractéristiques techniques d’une pompe de relevage. C’est ce terme qui détermine la taille des particules que le tuyau de la pompe peut laisser passer.

Il est alors nécessaire d’évaluer, approximativement bien sûr, la dimension des impuretés qui vont être transportées dans les effluents.

Effectivement, si la granulométrie des eaux à évacuer est supérieure à celle de la pompe, cette dernière risque d’être bouchée. Au contraire, si elle est inférieure, il n’y a rien à craindre.

En général, la granulométrie d’une pompe de relevage d’eaux usées varie de 20 à 50 mm.

Pompe de relevage

Préférez la pression de la pompe à sa « puissance »

Généralement, une pompe de relevage d’eaux usées est dotée d’un moteur électrique. Il est alors normal que vous aperceviez un chiffre exprimé en watts. Vous pouvez donc tomber dans le piège de l’évaluer selon cette puissance indiquée.

Sachez que 2 pompes avec un même moteur de 1000 watts ne fourniront pas le même résultat. L’une peut relever l’eau jusqu’à 10 m alors que l’autre n’arrive qu’à la relever que de 3 m. En réalité, c’est plus la consommation de l’appareil que sa puissance réelle qu’indique ce chiffre.

La vraie puissance de la machine réside dans sa pression. Cette dernière est exprimée en bar. Elle désigne la force que peut déployer la pompe pour transporter l’eau d’un point A à un point B.

Une pression assez forte est alors indispensable pour éviter que l’eau aspirée n’arrive pas entièrement au point d’évacuation.

La pression minimale requise dépend de la hauteur de relevage de l’eau. Cette dernière est la hauteur qu’il y a entre la pompe et le point de rejet. Plus cette hauteur est élevée, plus la pression requise est grande.

À titre d’illustration, une pression de 1 bar arrive à relever l’eau sur 10 m.

Parfois, les constructeurs n’affichent pas cette hauteur, mais indiquent plutôt la Hauteur Manométrique Totale ou HMT. Cette dernière est également appelée hauteur de refoulement. Elle désigne la hauteur entre le point de refoulement le plus haut et la cuve.

Si c’est le cas, la pression minimale requise s’obtient par une simple addition. Les valeurs à additionner sont : la HMT, la pression utile et les pertes de charge.

Il est à noter que la pression utile est la pression souhaitée au point d’évacuation. Et les pertes de charge font référence à la pression perdue à cause des frottements de l’eau dans les tuyaux.

 

Pompe de relevage

Le débit de la pompe : à vérifier

Ce débit exprime la capacité de pompage de votre pompe. Exprimé en m3/h, il indique la quantité maximale d’eau drainée en 1 heure.

Il est important de souligner que ce débit est variable et dépend du dénivelé du terrain. Plus la hauteur de refoulement est importante, plus le débit est faible.

Avoir un débit entre 4 et 15 m3/h suffit largement pour l’évacuation de vos eaux usées.

N’oubliez pas la capacité du réservoir

La capacité du réservoir dépendra principalement de l’utilisation de votre pompe. Si, par exemple, votre habitation dispose de 5 pièces, le volume à prévoir est de 100 m3.

Le dénivelé a également son mot à dire. S’il est supérieur à 3 m, une cuve de 1000 m3 est plus adaptée. Si le dénivelé est inférieur à 3 m, choisissez une pompe en colonne de capacité entre 100 et 300 m3.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.